Foligno, la ville de la Quintana, est réputée par tradition le centre du monde

Stampa
images/stories/quintanafoligno/FolignoQuintana6.jpg
turismo   italia   news   turismoitalianews   Umbria   Foligno   Quintana   joute   Ombrie  

by Giovanni Bosi  Foligno / Italie

(TurismoItaliaNews) La ville, en plein centre de l’Ombrie et de l’Italie, est connue, au niveau international, pour être la ville de la Quintana, la joute à l’anneau où les cavaliers de ses dix quartiers, appelés Rioni, se défient chaque année, en juin et en septembre. Il s’agit d’une course à cheval où chaque cavalier lancé au galop et armé d’un javelot doit enfiler des anneaux, d’un diamètre toujours plus petit, accrochés à une statue en bois appelée Quintana.C’est une grande fête populaire, colorée, animée, qui est aussi une fidèle reconstitution historique, scénique, iconographique et gastronomique du Baroque italien. Foligno ce n’est pas seulement la Quintana mais aussi ses jolis édifices du XVII siècle, ses musées, ses Oratoires baroques, son primat de ville où a été imprimée, en 1472, la première copie de «La Divina Commedia» de Dante Alighieri.

La Joute de la Quintana

Chaque année, au mois de juin et au mois de septembre, la ville de Foligno s’anime à l’occasion du défi le plus attendu: la Joute de la Quintana, la compétition à l’anneau la plus captivante et difficile qui se déroule en Italie. C’est pour cela qu’elle est appelée l’Olympiade des compétitions équestres. Les habitants de Foligno se répartissent en dix anciens quartiers et chaque quartier sera représenté par un cavalier al «Campo de li Giochi» sur le terrain de jeu pour se disputer le «Palio», l’étendard. Pour cette occasion, chaque cavalier prend un faux nome qui l’identifie: le Gaillard pour le quartier Ammanniti; le Hardi pour le quartier Badia; le Tenace pour le quartier Cassero; le Furieux pour le quartier Contrastanga; le Fidèle pour le quartier Croce Bianca; le Courageux pour le quartier Giotti; le Géneréux pour le quartier La Mora; le Vaillant pour le quartier Morlupo; le Maure pour le quartier Pugilli; l’Audacieux pour le quartier Spada.

Pour remporter la victoire chaque cavalier sur son cheval bien dressé effectue un parcours marqué en forme de huit au «Campo de li Giochi» long de 754 mètres. A l’intersection des diagonales, il y a la statue de la Quintana: le bras gauche soutient un bouclier marqué par l’emblème de Foligno (le Lis et la Croix) alors que le bras droit empoigne un crochet auquel sont suspendus des anneaux qui devront être enfilés avec une lance en métal par les cavaliers au galop. Aux côtés des cavaliers, les splendides chevaux sont eux aussi protagonistes de la compétition: ils s’entraînent pendant de longs mois dans les écuries de chaque quartier pour devenir rapides, précis et compétitifs. Il existe trois types d’anneaux de dimensions différentes: de huit centimètres pour le premier tour, de six centimètres pour le deuxième tour et de cinq centimètres pour le troisième tour. En tout, les cavaliers devront essayer d’enfiler neuf anneaux, trois par chaque tour. Le cavalier qui aura commis le moins d’erreurs et aura été le plus rapide gagnera l’étendard peint par un illustre artiste. Au mois de juin se dispute la Joute du Défi et au mois de septembre la Joute de la Revanche.

Le Cortège Historique

Le soir qui précède le défi au “Campo de li giochi” un cortège en costumes défile dans les rues du centre ville. Il est composé de centaines de personnages, vêtus en vêtements de l’époque baroque, qui représentent l’Ente Giostra, l’Administration Municipale et les dix Quartiers. Nobles, dames, chevaliers en selle, pages et valets, joueurs de tambours et clairons, porte-drapeaux et jongleurs de drapeaux replongent la ville de Foligno dans un passé émotionnant, dans une atmosphere particulière donnée par les costumes, les décorations et les flambeaux. Avant la lecture de l’Avis, sur la Place “Grande” on inscrit les chevaliers au tournoi qui se déroulera le jour suivant. Ce jour-là, l’Èvêque donne sa bénédiction aux participants sur le parvis de la cathédrale. Puis le cortège défile dans les rues selon un parcours déterminé, parsemi d’arcs de triomphe et de luminaires suggestifs. Le cortège a lieu à mi-juin et à mi-septembre de chaque année.

Les Costumes

La période qui se réfère aux vêtements de la “Quintana” va de 1580 à 1620 environ. C’est le style hispanique transferé en territoire italique, dans une zone de domaine pontifical. Pour la production des costumes portés par les différents personnages de la Quintaine on se réfère aux tableaux ou à d’autres documentations iconographiques de l’époque; les maisons de couture utilisent des tissus précieux. Les vêtements sont réalisés par les plus grands couturiers de la ville. On complète le costume avec des bijoux de l’époque, réalisés en material précieux par les orfèvres de Foligno.

Les Anneaux

Les anneaux, comme la statue qui a donné le nom à la Joute, sont un autre symbole incomparable du tournoi chevaleresque de Foligno. Aujourd’hui, les anneaux sont ancore réalisés exclusivement à la main en trois dimentions: huit, six et cinq centimètres de diamètre et sont colorés en blanc et rouge, les couleurs symbôles des armes de Foligno. Mais pourquoi l’anneau? Ces joutes naissent après les combats romains où le but du chevalier était de toucher un tronc ou un pieu enfoncé dans le terrain. L’usage de l’anneau est dû aux cercles de dimensions différentes dessinés sur un tronc d’arbre que le chevalier devait frapper avec sa lance ainsi il obtenait un certain nombre de points et rendait le défi le plus prenant possible. Puis, ensuite on a dessiné des cercles sur les boucliers des similacres utilisés pour les joutes; seulement après quelque temps on a utilisé l’anneau comme nous le connaisons aujourd’hui c’est - à - dire l’anneau est accroché à la statue et le chevalier doit l’enfiler.

Les Tavernes

Les tavernes sont le coeur des Quartiers (appelés Rioni). Chaque Quartier en possède une, véritable point de rencontres sociales, où se concentre l’activité de recherche et d’expérimentation autour du secteur œnogastronomique, occasion pour transformer en spectacle des banquets qui étaient très diffus à l’époque baroque. Même pour les plats culinaires on se réfère au XVIIe siècle. On peut y goûter des plats traditionnels de l’Ombrie, servis par des personnages en costume. D’un point de vue architectural, les tavernes sont très intéressantes, étant situées dans des caves ou dans de vieux édifices du centre historique de Foligno. Les Quartiers se défient également à une véritable compétition, dite “Gareggiare dei Convivi”, où le Banquet n’est pas seulement une dégustation de mets, mais aussi un étalage d’art culinaire, de décorations et de spectacles, avec des musiciens et des acteurs, le tout dans une atmosphère fin Renaissance, début XVIIe siècle. Les tavernes sont ouvertes aux mois de juin et septembre.

La Foire des Soprastanti

Au mois de septembre (parfois fin août) Foligno ouvre l’édition de la Quintana par la Foire des Soprastanti, rendez-vous également attendu et fréquenté par des milliers de visiteurs. Il s’agit de l’évocation du marché qui se déroulait dans les rues de la ville pendant la Renaissance. Au XVIIe siècle la ville de Foligno était devenue carrefour de pélerins et marchands qui se rendaient à Rome provenant soit de la mer Adriatique soit de la plaine du Pô. C’est pour cela que, surtout au Moyen-Age, l’aspect commercial et marchand de cette ville se consolida. Il suffit de rappeler que les vêtements de la haute couture arrivaient à Foligno avant de gagner Rome et Florence. Les “Soprastanti” (ceux qui sont situés au-dessus) étaient des citoyens illustres de Foligno qu’on nommait chaque année pour diriger la foire; le Capitaine de la Foire était le citoyen qui avait la plus grande autorité durant toute la Foire. La monnaie qui réglait l’achat et la vente était le quattrino, une monnaie des Etats pontificaux à l’époque du Pape Paul V et de Foligno au XVIIe siècle. De nos jours on évoque la foire de la même manière. Tout doit être fidèle à l’époque, des étalages aux maisons, des décorations aux produits vendus, des vêtements des marchands à celui des Sopastanti. Et, bien sûr, on ne paie qu’ en quattrini…

 

Questo sito utilizza cookie, di prima e di terza parte, per inviarti pubblicità in linea con le tue preferenze. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie, clicca qui. Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all'uso dei cookie. Leggi la Cookie Privacy...